Les différents risques sur les marchés boursiers

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Sur les marchés boursiers, les risques sont nombreux et peuvent être divisés en deux grandes catégories. La première regroupe les risques systémiques, ce sont les risques contre lesquelles l’investisseur ne peut rien. La deuxième catégorie regroupe les risques liés à l’entreprise et l’investisseur peut alors réduire son exposition de part une diversification au sein de son portefeuille.

Parmi les risques systémiques, on retrouve le risque de taux d’intérêt. C’est le risque d’une évolution de la courbe de taux qui peut être entraîné sur le court terme par une modifications des taux directeurs par les banques centrales et sur le moyen/long terme par une évolution de la confiance des investisseurs envers le pays. La confiance joue également dans le risque de liquidité qui correspond au risque de ne pas avoir de contrepartie pour vendre ses titres. C’est le cas par exemple lors d’une crise boursière ou tous les intervenants cherchent à vendre leurs actions.

On trouve également dans les risques systémiques le risque de change. Il correspond au risque de l’évolution du taux de change entre deux devises. Pour les entreprises importatrices et exportatrices de matières premières ou de produits, cela va affecter de manière importante leur résultat. Il est toutefois possible de se couvrir contre ce risque en prenant des contrats à terme sur le forex afin de fixer à un instant t le cours de change.

Dans les risques spécifiques, on trouve le risque de solvabilité (également appelé risque de crédit). Ce risque est évalué par les agences de notations. Une entreprise noté AAA aura par exemple peut de chance de faire défaut. En revanche, une entreprise dans la catégorie spéculative est à éviter. Un autre risque concerne le risque opérationnel. Ce sont toutes les erreurs qui sont liés à l’intervention humaine mais également à l’informatique. Des cas de fraudes ou de malveillances peuvent également intervenir. Enfin, il y a le risque règlementaire. Cela peut impacter fortement les résultats de l’entreprise. On peut par exemple citer les règles Bâle III dans le domaine bancaire.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »